Comment choisir la puissance de chauffe d’un poêle à bois ?

AménagementComment choisir la puissance de chauffe d'un poêle à bois ?

Le confort thermique représente un enjeu de taille pour un logement. Le poêle à bois fait partie des meilleures alternatives pour remplir ce besoin. En effet, vous pouvez rapidement vous faire une idée de sa performance en vous référant à sa puissance de chauffe. Cependant, cette valeur est en corrélation avec différents paramètres.

Qu’est-ce-que la puissance d’un poêle à granulés ou d’un poêle à bois ?

Outre le matériau et le type de combustible, les poêles à bois sont également classés selon leur puissance de chauffe. En effet, il s’agit d’un paramètre de la plus haute importance pour votre confort. De ce fait, il convient de le prendre en compte avant d’acquérir votre appareil de chauffage.

La puissance de chauffe désigne la quantité de chaleur que la poêle produit. Celle-ci dépend d’autres facteurs qu’il faut prendre en compte pour trouver la configuration optimale. Entre autres, les normes environnementales imposent un certain seuil pour la consommation énergétique. Il est alors judicieux de vous assurer que votre chauffage ne gaspille pas de ressources. 

Lors de votre choix, vous pouvez vous faire accompagner par un professionnel. C’est d’autant plus recommandé si vous souhaitez installer un poêle à bois sans conduit de cheminée. Cela vous évitera de choisir des modèles non adéquats à vos besoins.

Qu’est-ce-que la puissance d’un poêle à granulés ou d’un poêle à bois ?
Source : shutterstock.com

Comment calculer la puissance d’un poêle à bois ?

Pour que votre logement soit chauffé convenablement, il est impératif d’avoir la puissance de chauffe nécessaire. Cela vous permettra de choisir le poêle à bois approprié.

À ce propos, il existe une manière de calculer la puissance de chauffe optimale suivant les caractéristiques de votre intérieur. Exprimée en Watt, la formule est la suivante : P = G x V x (Ti-(Te)). Dans les détails :

  • V (en mètre cube) désigne le volume de la pièce ou du bâtiment en question ;
  • Ti (en degré Celsius ou Fahrenheit) indique la température recherchée ;
  • Te (en degré Celsius ou Fahrenheit) correspond à la température avant le chauffage ;
  • G (en Watt par mètre-kelvin) mesure la performance thermique du logement suivant son isolation.

Concernant ce dernier point, la réglementation impose un standard pour chaque type d’habitation. La dernière en date est la RT 2020, entrée vigueur le 1er janvier 2022. 

La norme a l’avantage d’apporter des précisions concernant la puissance de chauffe recommandée selon la surface de votre logement. Cela vous épargne le calcul complexe, mais votre isolation n’est pas prise en compte.

Puissance nominale et plage de puissance : quelle puissance réelle ?

Il peut arriver que la puissance affichée par les fabricants de poêle à granulés ou à bois soit en échelle. Le terme utilisé dans ce cas est « plage de puissance ». Les chiffres indiqués correspondent respectivement à la puissance minimale et la puissance maximale.  La première peut être captée lorsque la température commence à monter, tandis que la seconde est atteinte à plein régime. 

L’essentiel est de savoir la puissance fournie dans les conditions normales d’utilisation avec les paramètres susceptibles d’être rencontrés. Celle-ci est appelée puissance nominale et des tests en laboratoires sont effectués pour un maximum de pertinence et de fiabilité.

Par conséquent, la puissance nominale constitue la véritable référence lors de l’achat d’un appareil de chauffage.

Quels sont les risques d’une puissance de poêle mal définie ?

La puissance de chauffe de votre poêle à bois est déterminante pour le confort thermique du logement. Il est ainsi capital d’établir vos besoins et de choisir le modèle qui vous convient. Dans le cas contraire, deux situations peuvent se produire.

D’une part, la puissance fournie est insuffisante. Cela vous oblige à investir davantage en combustible, ce qui se répercute inévitablement sur votre facture énergétique. En outre, vous vivrez dans une maison plus vulnérable aux hivers. Votre poêle à bois étant constamment en surrégime, sa durée de vie en est diminuée.

D’autre part, la puissance est au-delà de ce dont vous avez réellement besoin. Cette utilisation mal optimisée impacte négativement la longévité de votre appareil. En effet, celui-ci ne sera pas en mesure de brûler tout le combustible. Cela expose vos conduits à un risque d’encrassement, ce qui peut mettre votre foyer en danger. Des travaux de fumisterie seront alors à prévoir. Aussi, la température à l’intérieur du bâtiment a de fortes chances d’être plus élevée que prévu. 

Quels sont les risques d’une puissance de poêle mal définie ?
Source : shutterstock.com

Quelle puissance de poêle à bois choisir ?

La performance de votre poêle à granulés ou à bois ne se mesure pas uniquement à sa puissance de chauffe. D’ailleurs, plusieurs paramètres entrent en jeu dans l’établissement de la capacité de l’appareil idéale pour votre logement. 

Le plus important est tout d’abord la taille (en mètre carré) de la pièce ou du bâtiment à chauffer. Il faut également tenir compte de l’isolation qui joue un rôle important dans le stockage de la chaleur produite. 

Par ailleurs, votre mode de vie peut également influencer le choix de l’appareil de chauffage. Si vous appréciez passer du temps devant un bon feu, le chauffage sera en marche plus longtemps. Aussi, si vous êtes souvent en famille, la pièce aura besoin d’être constamment à une certaine température.

En outre, l’endroit où le poêle est installé et l’orientation de votre maison contribuent au choix de la puissance.

Pour vérifier que votre poêle fonctionne de manière optimale, il convient d’analyser son rendement. Il s’agit du rapport entre l’énergie produite (la puissance) et celle consommée (le combustible). L’objectif est alors de produire le plus de chaleur en utilisant le moins de ressources. 

Comment diffuser la chaleur d’un poêle à bois ?

Pour un bon équilibre de température dans votre intérieur, il convient d’adopter certaines mesures quant à votre poêle à bois.

Au préalable, pensez à la configuration de votre intérieur. L’objectif est de diffuser la chaleur d’un poêle à bois sur un maximum de surface. L’idéal est alors de placer votre appareil de chauffage dans un point central de la pièce.

Limiter les cloisons est aussi d’une grande aide. Veillez à ouvrir les portes ou fenêtres donnant accès aux autres pièces ciblées.

Une bonne ventilation est également de mise. Avec une VMC, vous avez la garantie d’un air sain en permanence et d’une diffusion de chaleur homogène. Il est d’ailleurs envisageable de coupler votre poêle à bois ou à granulés au système de ventilation. L’appareil sera branché au réseau de conduits alimentant différentes pièces. 

Enfin, il est judicieux de choisir un combustible de bonne qualité. De préférence, il faut que celui-ci soit bien sec et brûle lentement. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here