Comment installer un poêle à bois sans conduit de cheminée ? 

AménagementComment installer un poêle à bois sans conduit de cheminée ? 

Vous désirez opter pour un système de chauffage par poêle à bois dans votre domicile ? Toutefois, votre logement n’est pas doté de système d’évacuation de fumées ? De nos jours, installer un poêle à bois sans conduit de cheminée est envisageable. Il s’agit de l’alternative idéale pour ceux qui ne peuvent opter pour un poêle traditionnel. 

Ai-je besoin d’une cheminée pour un poêle à bois ?

En principe, les foyers qui choisissent le poêle à bois possèdent préalablement une cheminée traditionnelle. Cela facilite les travaux, l’évacuation pour la fumée dégagée par la combustion étant déjà présente.

Cependant, il arrive qu’une maison ne dispose pas de cheminée. Si tel est votre cas, il existe une solution. En effet, depuis 2005, la législation impose aux ingénieurs en bâtiment l’intégration d’une aération adéquate. Ainsi, les habitations nouvellement construites sont pourvues de conduits. L’édification d’une cheminée n’est donc pas requise avant la mise en place du poêle.

Ai-je besoin d’une cheminée pour un poêle à bois ?
Source : shutterstock.com

Les contraintes pour installer un poêle à bois sans conduit de cheminée

Avant d’installer un poêle à bois sans conduit de cheminée, il est judicieux de s’informer sur ses implications. Installer ce type de chauffage requiert un grand engagement, consistant à :

  • Réapprovisionner systématiquement le poêle en combustible ;
  • Prévoir un emplacement pour votre réserve de bois ;
  • Vider quotidiennement le cendrier ;
  • Nettoyer périodiquement l’intérieur comme l’extérieur.

En outre, vous ne pouvez pas exclusivement vous reposer sur le poêle pour réchauffer la maison entière. Il faut généralement investir dans un chauffage distinct pour les pièces ne se trouvant pas à proximité.

Comment installer un poêle à bois sans conduit d’évacuation de fumée ?

L’ampleur des travaux pour installer un poêle à bois dépourvu de conduit d’évacuation de fumée dépend :

  • Des caractéristiques du conduit d’aération à installer ;
  • De la qualité de la ventilation en intérieur ;
  • De l’envergure générale de la pièce qui va l’accueillir.

Pour que votre poêle fonctionne correctement, vous devez impérativement installer un système d’évacuation. Avant toute utilisation, il est indispensable de vérifier l’état du dispositif. La structure ne doit pas comporter de fissures susceptibles de laisser du gaz s’échapper. Isoler un conduit de poêle à bois peut être une étape à ajouter dans les travaux. La norme NF DTU 24.1 est la référence sur les spécificités réglementaires. Il s’agit entre autres de :

  • La taille du conduit ;
  • Son éloignement par rapport aux combustibles
  • La manière dont est géré l’air.

Pour déclencher la combustion, il faut une entrée d’air régulière. Si la salle où le poêle se situe est mal ventilée, un aménagement supplémentaire est nécessaire.

Comment installer un poêle à bois sans conduit d’évacuation de fumée ?
Source : shutterstock.com

Quel type de cheminée choisir ?

Si vous décidez d’installer une cheminée, les critères fondamentaux à examiner sont :

  • La puissance de chauffe ;
  • Le taux de pollution et de consommation en combustibles ;
  • Les travaux à réaliser ;
  • Le prix ;
  • Le niveau d’entretien ;
  • Les modes de chauffage, unique ou multiples ;
  • Les options marquant une différence, à l’instar du récupérateur de chaleur.

Vous avez ainsi le choix entre plusieurs types de point de chauffage :

  • Le poêle à bois ;
  • La cheminée fermée par un vitrage résistant à la chaleur ;
  • La cheminée ouverte classique ;
  • La chaudière ;
  • La cheminée en insert.

Concernant le design, les modèles susmentionnés sont tous personnalisables selon votre style.

Quels types de sortie choisir ?

La conception d’une sortie de cheminée est du domaine de la fumisterie. Pour un poêle, sachez qu’il existe deux types principaux d’évacuation :

  • En façade ;
  • Par la toiture.

L’inconvénient majeur de la première solution réside dans l’esthétisme de l’installation. En effet, l’ouverture murale peut, à terme, se retrouver souillée par les fumées. En outre, ces dernières risquent de gêner les piétons si le logement se trouve directement en bord de route. En effet, elles sont rejetées sur leur passage. Il faut donc investir dans un dispositif pour protéger les passants. Toutefois, cette alternative présente l’avantage d’être la plus abordable. Les travaux engagés sont également simplifiés. 

L’évacuation via le toit est la solution la plus répandue. Toutefois, notez qu’en plus du toit, elle doit passer à travers des murs voire le sol des étages. Aussi, elle doit respecter une certaine distance vis-à-vis du faîtage. La partie externe du conduit doit mesurer 40 cm, voire plus. Pour en maximiser l’étanchéité, un abergement est façonné au-dessus du point de sortie. La sortie étant une ouverture vers le ciel, elle est munie d’une protection contre la pluie et les éventuels débris. Certains modèles prévoient des grilles afin d’empêcher les oiseaux d’y accéder.

Aussi, pour chaque type de sortie, il est possible d’opter pour un système qui fonctionne par ventouse. Ce procédé permet de n’avoir qu’un seul conduit qui servira à la fois à :

  • Apporter de l’air au dispositif ;
  • Sortir les fumées.

Comment diffuser la chaleur d’un poêle à bois ?

Le poêle à bois est souvent uniquement considéré comme un chauffage d’appoint. Or, étendre uniformément sa chaleur dans toute l’habitation est envisageable. Choisir de chauffer sa maison par diffusion est d’ailleurs financièrement avantageux. De plus, l’impact sur l’environnement est relativement faible. En revanche, il est primordial que le logement dispose d’une excellente isolation. En effet, la présence de trous d’air risque d’accentuer la déperdition de chaleur.

Diffuser la chaleur d’un poêle à bois se fait par le biais de quelques aménagements, notamment :

  • Installer un récupérateur de chaleur si celui-ci n’est pas déjà intégré au poêle ;
  • Brancher des moteurs au-dessus du plafond ;
  • Localiser le poêle à bois de manière stratégique ;
  • Assurer une continuité du flux de chaleur en ouvrant tous les accès intérieurs ;
  • Utiliser des bûches, des granulés ou des pellets d’excellente qualité.

Le récupérateur optimise le chauffage en accumulant et en redistribuant l’excédent de chaleur. Il est surtout efficace et conseillé pour chauffer les pièces situées à l’étage avec un poêle en bas.

Comment calculer la puissance d’un poêle à bois ?

Il s’agit ici d’obtenir la puissance nominale d’un poêle à bois. Par définition, c’est l’énergie employée par le poêle lorsqu’il est normalement utilisé. Elle varie selon :

  • L’isolation du bâtiment ;
  • Ses différents aspects ;
  • Votre localisation géographique.

La formule est : P = G x V x (Ti – (Te)). Afin d’obtenir la puissance P, il faut être en possession des valeurs suivantes :

  • La performance thermique optimale G pour chaque pièce, mentionnée dans les normes relatives au chauffage ;
  • Les températures Ti et Te, respectivement liées au confort et à un référencement ;
  • Le volume en totalité V de la demeure que l’on projette de chauffer.

Idéalement, la puissance est à établir aussi précisément que possible. Rechercher une solution simplifiée conduit à une valeur faussée.

Quel coût pour une installation d’évacuation de fumée ?

Du point de vue financier, l’installation d’une évacuation de fumée est un projet relativement onéreux. De plus, même si vous disposez déjà d’un conduit, des frais de rénovation peuvent s’appliquer. La main d’œuvre notamment peut être chère. En effet, celle-ci doit obligatoirement être qualifiée, ce qui implique de se tourner vers des professionnels. 

Voici donc les fourchettes approximatives des budgets à prévoir selon les travaux à exécuter :

  • 1 000 à 3 000 euros pour la création intégrale d’un conduit, incluant taxes, achat et pose du matériel ;
  • 380 euros en moyenne pour l’ajout d’un tube à une structure existante, main-d’œuvre et tube au mètre inclus ;
  • 40 à 80 euros pour le ramonage d’un conduit resté longtemps inutilisé.

Par ailleurs, le ramonage est à renouveler bi-annuellement pour éviter des blocages en raison de saletés. C’est un procédé qu’il vaut mieux confier à un expert bien équipé.

Quel coût pour une installation d’évacuation de fumée ?
Source : shutterstock.com

Pourquoi faire appel à un professionnel ?

Installer un poêle à bois soi-même est quasiment inenvisageable. Il s’agit d’un projet délicat, soumis à des restrictions et normes. Même s’ils paraissent simples, certains travaux peuvent s’avérer compliqués à réaliser. En cas d’erreur, cela augmente les possibilités qu’un accident survienne. Il est donc plus prudent d’avoir recours aux compétences d’un expert en la matière.

Du point de vue juridique, poser vous-même votre poêle à bois vous expose à plusieurs risques. Entre autres, votre responsabilité personnelle peut être engagée en cas d’accidents ou de sinistres. Le cas échéant, votre compagnie d’assurance peut vous refuser l’octroi d’indemnités. Solliciter un professionnel vous permet d’invoquer des garanties allant jusqu’à 10 ans.

Enfin, un spécialiste peut vous aiguiller dans l’achat d’un poêle à bois. Il peut vous aider à choisir la puissance et les caractéristiques de votre appareil. Vous êtes ainsi assuré d’installer un poêle à bois sans conduit de cheminée qui correspond à vos besoins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here